Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 21:01

également nommé: "city of the living dead"
année: 1980
réalisé par: Lucio Fulci

 

 


l'histoire:

Avant de tomber dans un coma, une femme a la vision d'un prêtre mort pendu qui a ouvert les portes de l'enfer. La croyant morte, les gens l'enterrent vivante. Heureusement qu'un journaliste de passage dans le cimetière la sauve. Puis ils vont tenter ensemble de refermer cette porte afin de stopper l'invasion des morts vivants.

 


mon opinion:

Il m'a fallu 4 reprises avant d'arriver jusqu'à la fin de ce film. En effet, soit je m'endormais, soit j'étais distrait par quelque chose de plus interessant (comme compter mes doigts de pieds). Vous l'aurez compris, ce film est d'une lenteur difficile à supporter.

A part le rythme très lent du film, certaines scènes sont vraiment ridicules (comme les scènes de nuit où les morts vivants sont illuminés par des projecteurs). Mais on peut aussi parler des acteurs, en effet, comment fulci arrive à trouver pour tous ses films des acteurs aussi mauvais et aussi peu charismatiques ? Le plus marrant étant les moments où ils prennent un air sérieux et regardent la caméra en déblatérant des dialogues stupides.

On peut même croire que fulci se satisfait de son travail car il se permet de faire des références à ses propres films. Comme quand un employé du cimetière dit à son collègue "t'as entendu parler de l'enfer des zombies, il parait que c'est un bon film".

Pour les rares point positifs, je crois avoir reconnu une musique ressemblant à celles des goblins (musique de zombie) toujours aussi efficace. Et je dois admettre avoir bien aimé quelques scènes très gore comme celle où un homme se fait traverser la tête par une perceuse.

Bref, pour ceux qui sont fatigués ou qui ont du mal à s'endormir, ce film constitue un somnifère audiovisuel très efficace.


ma note:     0 /4

 

 

 

 

 

 

Publié par locutus57 - dans navets
commenter cet article

commentaires

fylouz 22/02/2014 00:05


Encore une fois, ça fait un bon moment que j'ai vu ce film. Je me souviens tout juste glauque et étrange et de quelques incohérences. Il y a tout de même l'idée des zombies capable de se
téléporter qui est intéressante, et pourquoi pas ? N'y a t-il rien de plus absurde qu'un mort-vivant de toute façon ?


Sinon, il me semble que le gamin est le même enfant acteur insupportable de "La maison près du cimetière". Le plan final est d'ailleurs, en ce sens, aussi incompréhensible qu'involontairement
drôle.

locutus57 06/03/2012 06:00


Ah enfin une autre personne d'accord avec moi pour dire que ce film est une grosse daube. Ca fait plaisir ^^

Dead Nico 05/03/2012 23:39


Et hop aprés tirage au sort (petits papiers sur lequels sont marqués les films que j'ai pas vu) je tombe sur ce film et bien décidé je me lance dedans j'ai du me le faire en 2 fois .
Mon impression première, j'aime l'ambiance du film angoissante pour un film de 1980 il se demerde bien par contre concernant les zombies... étant toujours dans la recherche de film apocalyptique
ou la survi prime dans un monde infesté de zombies, je tombe la plupart du temps sur du hors sujets avec des zombies venu tout droit d'une invocation d'être malefique etc etc....
J'ai mis à ce film......attention ....1980gm Frayeurs (city of the living dead)... et oui un gros "gm" et encore je me tate de le virer de la liste tant j'ai l'impression de lui faire trop
d'honneur en le gardant....
Encore une fois cette notation est etablie à partir de mes critères de recherche car Fulci peut être du talent pour l'époque mais il l'exploite trés trés mal.... quelle daube.

locutus57 20/08/2011 10:47

et pourtantje ne comprends toujours pas comment on peut apprécier les films de Fulci qui sont POUR MOI ennuyeux et incohérent. Mais bon, je te remercie pour ton commentaire et encouragements sur mon blog.

Régis D'ANGELO 19/08/2011 16:10

On ne touche pas à M. FULCI !!!!!!!!Alors là !!!! Autant je trouve ton blog très exhaustif au sujet des morts-vivants, autant tes critiques sur Frayeurs, l'Au-delà et La maison près du cimetierre sont trés maladroites et loin de la vérité ! Fulci était un cinéaste majeur dans le cinéma fantastique des années 70 et 80. Sa quadrilogie des morts-vivants, L'éventreur de New-York, l'emmurée vivante, etc... sont des chefs-d'oeuvres du macabre. J'ai 40 ans et je n'ai trouvé encore aucun cinéaste qui lui arrive à la cheville en terme d'ambiance poisseuse. Il est vrai qu'à partir du milieu des années 80, ses films étaient beaucoup moins bons mais TOUS ses films de zombies sont à mettre dans le top 10 des meilleurs films de morts-vivants. Je suis aussi un énorme fan de Romero bien entendu mais "l'Enfer des Zombis" dépasse en qualité "Dawn of the Dead". Je sais que le message n'est pas le même : Critique du consumérisme pour Roméro, pur film d'horreur pour Fulci. Mais les zombis de Fulci sentent vraiment la décomposition et la peur des différents protagonistes est vraiment palpable par les spectateurs. Mais bon, sinon un grand merci tout de même pour ce blog qui a du te prendre beaucoup de temps à faire.

BIENVENUE SUR MON BLOG DÉDIÉ
            AUX FILMS DE ZOMBIES



Les zombies se cachent partout même parfois dans des films improbables. Ce blog a pour objectif de répertorier et de commenter tous les films de morts vivants (ou avec des morts vivants). Je parlerai aussi bien des bons films que des gros nanars et des pires navets.

 

LISTE DE FILMS DE ZOMBIES pour voir tous les articles de films chroniqués ici.

 

 

 

page facebook du blog pour être informé de la parution de nouvelles critiques de films.

 

 

J'espère que vous découvrirez de bonnes pépites du cinéma zombiesque grâce à mon blog.

 

 

 

N'hésitez surtout pas à enrichir ce blog par vos commentaires.

un compteur pour votre site

 visites

depuis le 14/05/2006, date de création

de ce blog sur la plateforme d'allociné

 

 

Et il y a en ce moment      visiteur(s)

 

 

 

 

 

 

 

 

facebook

    PAGE FACEBOOK DU BLOG

 

 

    RSS

 

tuto

Réalisé par TutoFacileFrance que je remercie